villi® eco-blog.fr

Le cuir végétal : vrai ou faux ?

Une nouvelle tendance a fait son apparition et a révolutionné le marché du cuir ces dernières années : le cuir dit « végétal ». Cette appellation employée pour sa connotation éthique et naturelle par les marques et créateurs de mode bio, trompe bien souvent les acheteurs.

Un cuir sans cuir, comment est-ce possible ? et qu’entend-t-on exactement par « végétal » ? Après quelques recherches, nous vous proposons un article qui répondra à vos interrogations. Vous en connaitrez alors d’avantage sur toutes ces nuances de cuir…  

A l’origine, le cuir est un matériau fabriqué à partir de la peau d’un animal. On l’utilise aussi bien pour confectionner des vêtements, des textiles de décoration et autres maroquineries. La peau est traitée industriellement par les tanneries, principalement pour assurer sa conservation, même dans un environnement humide.

Le tannage classique est souvent minéral. Il est réalisé à l’aide de sulfates de chrome dans la grande majorité de la production mondiale de cuir, et plus rarement, de sels d’aluminium ou de zirconium. Ce procédé peut s’avérer nocif pour la santé des ouvriers et des personnes en contact avec le produit fini.

#1 Le tannage végétal

Vous pensiez acquérir un « cuir » issu d’arbres ou de plantes…mais non ! Ce procédé, apparu avec les premiers Hommes, nécessite une matière première animale (pas végan !). La peau de bœuf, de porc, de buffle ou même d’autruche par exemple, est transformée à l’aide de produits 100% végétaux et donc plus respectueux pour notre santé et de la planète. La technique ancestrale a évolué, il y a désormais plusieurs sources de tanins végétaux : le bois, les écorces, les racines ou autres feuilles, pour des rendus tous aussi différents.

Même si le tannage minéral est nettement plus polluant avec l’emploi de métaux lourds et le déversement de produits toxiques, le tannage végétal engendre une certaine pollution par ses traitements industriels (déforestation, pesticides, traitements pour l’extraction des tanins etc.). Cette alternative reste une bonne option pour limiter l’utilisation de produits dangereux.

#2 L’« Eco-cuir » 100% végétal : c’est pas bête !

Richard Wool, un professeur et ingénieur américain récompensé en 2014 par le World Green Design Award (grand prix des innovations écologiques), a conçu un « éco-cuir » issu de l’alliance de matières naturelles, en associant le coton ou le lin avec le maïs ou le soja, le tout mélangé avec des huiles végétales. La matière obtenue possède des qualités similaires au cuir : résistante à l’eau, perméable à l’air et robuste. l’éco-cuir coûterait moins cher en production que le cuir animal, il n’est pas encore commercialisé mais les grandes marques de sport telles que Adidas ou Nike étudient  suivent le sujet de près.

Il existe également un autre type de cuir issu de feuilles d’ananas ou d’eucalyptus, de sève d’hévéa, de liège, d’algues, de thé et même de champignons (ça, c’est végan ! et cruelty-free en prime !). Il est donc idéal pour le contact direct avec l’épiderme.

En plus d’être écologiques, ces cuirs produits en circuit court sont aussi responsables et biodégradables.     Que le cuir soit 100% végétal ou seulement tanné de manière éthique, ces alternatives au cuir classique représentent une réelle innovation technologique et devraient connaitre un bel avenir. Quoiqu’il en soit, il est important de connaitre l’origine, la provenance et le traitement des produits que nous achetons. Plus de transparence sur les étiquettes permettrait d’y voir plus clair et de consommer de manière vraiment plus responsable.

 

crédit photo: Fanny Crave

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Un condensé de toute l'actualité écologique dans votre boîte mail, gratuitement.

Merci de votre inscription ! Un email de confirmation vient de vous être envoyé.