31
Mai

La boulette… demain j’arrête !

Etes-vous addict à la boulette ?

Je ne vais pas vous causer terroir (avec la boulette d’Avesnes), encore moins stupéfiants (j’vous jure monsieur le douanier, je ne sais pas ce que fait cette boulette dans ma chaussette), ni même gastronomie (elles sont pas bonnes mes boulettes ?). En fait, je vais vous expliquer pourquoi j’ai arrêté les boulettes… en papier.

Genèse

En ce moment, je planche sur un projet de réduction des déchets : notre imprimerie fait partie des 50 entreprises pilotes sélectionnées par l’ADEME pour un test grandeur nature à échelon national. J’ai donc un gros dossier sur mon bureau avec plein de feuilles A4 dedans, et au fur et à mesure que nous avançons, certaines pages deviennent obsolètes et terminent leur course dans ma corbeille à papiers pour le recyclage.

I feel like Michael Jordan

Au fil des années, j’ai pris une habitude, une sorte d’accoutumance : quand je sais qu’un document est à jeter, je passe mes nerfs dessus en faisant des boulettes de papier bien rondes. Ce petit geste anodin, tout le monde le fait sans s’en rendre compte tant il fait partie de nos habitudes machinales, presque robotiques.

Addiction aux boulettes : soignez-vous !

En étudiant les solutions quant au traitement des déchets papier produits par l’imprimerie, nous avons identifié une piste d’amélioration qui nous permettrait de mieux valoriser nos déchets en séparant le carton du reste (feuilles de calage machine, rognures…) : le carton étant plus dense que le papier, il tient aussi plus de place dans la benne et surtout dévalorise le type de déchet (il y a plusieurs qualités). L’intérêt étant d’avoir un traitement adapté en fonction du déchet pour la filière de recyclage. Du reste, nous aurions à y gagner concernant l’enlèvement moins fréquent de nos bennes à papier par un professionnel du recyclage : un coût annuel moins élevé, mais aussi moins de transport et de CO2.

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai transposé cette expérience de terrain à mon bureau, je m’explique : si mettre en place un tri du papier dans les bureau est une pratique responsable, elle peut encore être améliorée sur un point… ne pas froisser le papier, mais le disposer à plat dans sa corbeille.

Économies de bouts de chandelle ?

Tout est une question de volume, une boule de papier prend plus de place qu’une feuille disposée à plat. Et même si l’impact n’est mesurable qu’à grande échelle (plusieurs bureaux, plusieurs services, plusieurs employés sensibilisés à cette pratique…), ne sont-ce pas les petits cours d’eau qui font les grandes rivières ?!

MISE EN GARDE : la boulette peut nuire à votre santé

http://www.dailymotion.com/video/xivv3

2 commentaires

  1. Chagio dit :

    J’ai entendu dire que de plus en plus de restaurants vietnamiens recyclaient les boulettes de papier et de carton dans les bobuns (en les faisant passer pour de la viande). J’aprouve cette initiative écolo !

Laisser une réponse


Subscribe without commenting





Imprimer Naturellement by Imprimerie Villière

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Un condensé de toute l'actualité écologique dans votre boîte mail, gratuitement.

Merci de votre inscription ! Un email de confirmation vient de vous être envoyé.