Cols blancs et carottes vertes

Prime, carotte, bonus…  dans les grands groupes, cadres et dirigeants ont bien souvent de petits (ou de gros) compléments de salaire en fonction de leurs objectifs.

Leurs rémunérations, ainsi calculées sur la base d’un fixe et d’une part variable, peuvent être plus ou moins conséquentes en fonction de l’investissement personnel qu’ils déploient dans l’entreprise, et surtout des résultats (souvent exprimés en euros ou en dollar) qu’ils obtiennent.

Le développement durable pour les nuls

En matière de développement durable, il faut bien avouer que la plupart des chefs d’entreprise sont lourdés. En revanche, ils savent bien compter les bougres : et c’est là où la notion d’éco-management peut entrer en jeu.

Dans leur volonté de développer une entreprise écologiquement correcte (pour X raisons, éthiques ou tendancieuses), ils cherchent des solutions pratiques : et en voilà justement une…

Une éco-prime sur objectif

Indexer une partie de la part variable de la rémunération des cadres et dirigeants sur les performances de l’entreprise en matière d’émissions de gaz à effet de serre.

Ok, je développe : avant toute chose, il faut que l’entreprise réalise son Bilan Carbone et qu’elle définisse une valeur financière à chaque Tonne équivalent CO2 (TEQ) qu’elle émet.

Au moment de définir les objectifs annuels de chaque cadre ou dirigeant, leur N+1 détermine avec eux la quantité de CO2 qu’ils devront faire économiser à l’entreprise : une sorte de CO2 saving (économie de CO2) si vous préférez.

Le col blanc doit alors trouver des solutions et déployer des moyens, sans griller son budget, pour atteindre cet objectif. S’il y parvient, il encaisse un chèque en fonction du gain qu’il réalise pour l’entreprise.

Un intérêt global

L’intérêt pour un dirigeant est d’améliorer son Bilan Carbone d’une année à l’autre, d’impliquer son personnel dans sa démarche de développement durable, et d’affranchir un peu plus son entreprise vis à vis des énergies fossiles dont le prix ne fera qu’augmenter.

L’intérêt pour l’employé est financier, mais le fait d’atteindre ses objectifs peut également lui permettre d’avoir une meilleure estime de lui et le motiver d’avantage.

L’intérêt pour chacun est que les résultats tendent à améliorer (sensiblement) la qualité de l’air… et par extension, notre qualité de vie.

(Illustration yeahboone pour Flickr)

About the author
Community Manager de l'imprimerie Villière (imprimerie écologique).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Un condensé de toute l'actualité écologique dans votre boîte mail, gratuitement.

Merci de votre inscription ! Un email de confirmation vient de vous être envoyé.