18
Sep

La permaculture, du concept à la butte au fond du jardin (2/2)

Après avoir abordé le concept de permaculture, voyons aujourd’hui comment nous pouvons l’appliquer à notre petite échelle, sur nos terrains, en ville comme à la campagne.

Rappel : la permaculture n’est pas une technique

Si vous avez lu la première partie de ce dossier vous l’avez compris, la permaculture n’est pas un ensemble de techniques agricoles, mais plutôt une philosophie.

À nous d’appliquer les techniques qui correspondent le plus à cette philosophie, en fonction de notre situation.

Ainsi, vous avez certainement entendu parler des buttes comme de la mise en application de permaculture la plus répandue.

La butte est une technique formidable dans certains cas et totalement inutile dans d’autres :

Si vous possédez un bout de terrain en ville dont la terre est constitué de remblai de construction vous avez vraiment intérêt à fabriquer une série de buttes pour créer un potager.

Mais si le sol de votre terrain est constitué d’une belle terre riche, sombre, nourricière et naturellement irriguée, inutile de fabriquer la moindre butte, vous avez tout ce qu’il faut.

Les règles de base :

Voici quelques règles à suivre pour cultiver un terrain dans l’esprit de la permaculture :

  • Faire un minimum d’efforts pour un maximum de résultats
  • Observer, observer et observer encore
  • Utiliser en priorité ce que l’on a sous la main
  • Expérimenter et partager son savoir (et ses graines)
  • Minimiser les besoins d’irrigation
  • Penser à transformer avant de penser à jeter
  • Faire du compost
  • Faire pousser des engrais verts
  • Valoriser les bordures
  • S’interdire d’utiliser engrais chimiques et pesticides
  • Penser aux espèces vivaces

En fait la permaculture c’est un peu le retour au bon sens paysan.

Voici trois étapes faciles à suivre pour commencer la permaculture.

Observer

CC BY 2.0 Solylunafamilia

Le principe de la permaculture c’est de faire le maximum avec les ressources dont vous disposez. Votre terrain a déjà une vie à lui, en l’observant vous gagnerez du temps et vous éviterez certaines erreurs.
Avant d’arracher toutes les mauvaises herbes de votre terrain pour préparer votre butte, observez ces plantes qui y poussent naturellement : Vous possédez peut-être déjà des engrais verts, une pharmacie naturelle et des salades sauvages.

Cherchez consoude, orties, pissenlit, bardane, plantain, mauve… Intéressez vous aux plantes sauvages comestibles et médicinales, vous ne regarderez plus jamais un terrain en friche de la même façon.
Si vous avez un coin à orties, conservez le précieusement (et allez faire pipi à côté de temps en temps): c’est une réserve nutritive pour vous, et une trousse à pharmacie pour votre potager.

Faire du compost

CC BY 2.0 Joi Ito

Réduisez vos déchets en utilisant vos restes de cuisines, déchets verts et feuilles mortes.
Le compost idéal est constitué d’un mélange d’éléments riches en azote (déchets verts et épluchures) et d’éléments riches en carbones (feuilles mortes, carton, bois, paille). C’est l’équilibre de cet apport qui garantit la qualité de votre compost.

Choisissez un endroit abrité du soleil et pas trop éloigné de votre cuisine pour ne pas vous décourager d’y aller.

Votre compost doit être déposé directement sur la terre pour attirer les petites bêtes qui vont le décomposer. Vous pouvez l’entourer d’un coffrage en bois ou en plastique.

Idéalement le tas de compost doit être gros pour favoriser la montée en température au cœur du compost.
Vérifiez qu’il n’est ni trop sec ni trop humide et retournez-le une fois de temps en temps.

Ce que vous pouvez y mettre : épluchures (pas trop d’agrumes), restes d’aliments (pas trop de viande), papiers recyclés, marc de café, feuilles de thé, coquilles d’oeuf.
Vous utiliserez le compost bien mûr (noir) pour amender votre sol à l’automne et au début du printemps.

Faire sa butte

butte de permaculture au Scandinavian Permaculture Festival 2013. CC BY 2.0 Øyvind Holmstad

En créant une butte de permaculture vous créez tout un biotope, vous produisez du substrat de qualité même si votre terre d’origine est mauvaise, argileuse ou caillouteuse, et vous gagnez de l’espace si vous avez un petit terrain.

Le concept de la butte est en effet très ingénieux pour ceux qui manquent de place : Avec 1m à 1,70m de large, et 1m de hauteur environ, elle permet d’augmenter la surface cultivable au m2.

Mode d’emploi simplifié :

  • Prévoyez une butte d’1,20m de large et pour la longueur, pensez que vous devrez en faire le tour pour travailler de l’autre côté.
  • L’orientation idéale est Est-Ouest pour les extrémités, avec une face au Nord et une face au sud. De cette façon vous pouvez cultiver une plus grande variété de plantes. Si ce n’est pas possible ce n’est pas catastrophique.
  • La bute de permaculture fonctionne sur le principe de la culture en lasagnes : on empile des couches de matériaux qui en se décomposant vont nourrir les plantes.
  • Commencez par étaler du carton au sol pour délimiter votre ou vos buttes
  • Par dessus, placez du vieux bois bien sec sur toute la superficie de la future butte. De grosses buches retiendront plus d’eau dans les régions soumises à la sécheresse. Si vous êtes dans le sud, arrosez bien le bois, ça fera une réserve d’eau. Le carton et le bois constituent la réserve de carbone.
  • Ajoutez 20cm d’épaisseur de déchets verts sur le bois : tonte, épluchures, restes de défrichage, plantes d’eau. Les déchets verts constituent la réserve d’azote.
  • C’est le moment d’ajouter la terre : terre de jardin, si possible le votre, avec du compost ou du fumier si vous avez la chance d’en trouver.
    Pour avoir de la terre il suffit de creusez des rigoles entre vos buttes. Autre avantage : vous aurez moins à vous baisser quand vous travaillerez sur votre butte.
  • Enfin recouvrez toute la butte de 10 cm de paille.

idem

Vous pouvez maintenant installer vos plants et arroser votre butte. Elle gardera l’humidité pendant longtemps ce qui permet de limiter les arrosages, mais vous pouvez aussi y installer un goutte à goutte.

Pour le choix des variétés il dépendra de vos envies, et de la région où vous vivez.
Renseignez vous sur les associations utiles et les plantes qui font mauvais ménage.

Plantez par exemple des oeillets d’inde pour éloigner les nuisibles des tomates en surface et sous le sol. Près des plantes qui attirent les pucerons plantez des capucines qui les attireront à la place.

Vous pouvez utiliser votre butte toute l’année et pratiquer la rotation des cultures.
Inutile d’arracher, vous n’avez qu’à recouvrir de BRF les plants qui ont fini de donner (si vous éliminez votre petit bois à la broyeuse). Ainsi les plantes nourrissent le sol pour la prochaine récolte et leurs racines aèrent le sol.

Retrouvez plus d’infos (très) techniques sur le site de la ferme au petit colibri, et des vidéos faciles à comprendre sur la chaine youtube Permaculture agroecologie etc, dont on adore l’esprit « vous faites un peu comme vous voulez du moment que ça marche ».

 


Laisser une réponse


Subscribe without commenting





Imprimer Naturellement by Imprimerie Villière

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Un condensé de toute l'actualité écologique dans votre boîte mail, gratuitement.

Merci de votre inscription ! Un email de confirmation vient de vous être envoyé.