10
Nov

Top 8 des idées reçues sur l’écologie

En matière d’écologie comme ailleurs, il y a des évidences qui n’en sont pas. Décryptons ces idées reçues qui peuvent être finalement plus dangereuses pour l’environnement car, à vouloir bien faire, certains font exactement l’opposé de ce qu’ils souhaitent…

Norman-Faux

1 – Utiliser du « bio carburant » c’est écologique

FAUX : Le bio carburant n’a rien de bio. Bio c’est le préfixe de biomasse car les biocarburants, ou agrocarburants, sont issus de matière organique. Par opposition aux carburants fossiles ils sont « renouvelables »  puisqu’on les fait pousser. Ensuite, parce qu’elle entraîne de la déforestation, la culture des agrocarburants et leur utilisation génèreront beaucoup plus de CO2 et de gaz à effets de serre que les carburants classiques.

De plus, la déforestation engendrée par la culture des agrocarburants est un danger pour la biodiversité. On peut espérer que de nouvelles générations d’agrocarburants issus des algues notamment viennent à bout de ce terrible paradoxe. Voir la fiche de Greenpeace sur le sujet.

2 – Envoyer un mail ne pollue pas

FAUX : Selon une étude de l’Ademe parue en 2011 un mail d’1 mega octet envoyé à une seule personne entraine une émission 19 grammes de CO2. Sont pris en compte l’énergie consommée par l’ordinateur de celui qui envoie, par les serveurs et par l’ordinateur de celui reçoit le mail, ainsi que par les serveurs qui stockent les messages. En moyenne, l’envoie quotidien d’emails par les employés d’une entreprise de 100 personnes représenterait ainsi 13,6 tonnes équivalent CO2 ! Et si vous envoyez 20 mails par jour, sachez que c’est comme si vous aviez roulé 1000 km en voiture à la fin de l’année.

3 – La biodiversité est mieux protégée à la campagne qu’en ville

FAUX : Les pesticides sont plus nocifs pour les abeilles que les pots d’échappement. L’usage intensif des pesticides a entrainé le départ des abeilles et une baisse de la biodiversité dans les campagnes les plus agricoles tandis qu’en ville, loin des pesticides, abeilles et oiseaux trouvent de nouveaux havres de paix.

De plus, selon les régions et la météo, l’air pollué issu des centres de production industrielle ou des déplacements urbains a tendance à migrer vers les campagnes. C’est injuste mais c’est comme ça.

4 – Se chauffer au feu de bois c’est écologique

FAUX : En ile de France, 23% des particules fines émises dans l’air sont dues au chauffage à bois. Les foyers ouverts, type cheminée sont bien plus polluants que les poêles à bois certifiés.

5 – Le papier (factures, courriers, journaux…) c’est plus polluant que les écrans

FAUX : Une personne consomme en moyenne 212kg de papier par an, ce qui correspond à 500KWH de dépense énergétique. Dans le même temps, le PC moyen dépense 800KWH par an.

Vous préférez les factures électroniques aux factures papier ? Pas sûr que ce soit le meilleur calcul pour la planète : une facture électronique dépense 242 gr de C02, soit la production et l’envoie de 15 factures papier !

En plus le papier est une matière renouvelable et biodégradable : dans la nature un journal ne met que 3 mois à se dégrader.

70% des papiers et cartons sont recyclés. Un bonne nouvelle, d’autant plus que le papier peut être recyclé jusqu’à 7 fois.

Pour ceux qui craindraient encore pour la planète sachez que la déforestation de la forêt amazonienne est due pour plus de 79% à l’élevage et pour seulement pour 1% à la coupe illégale de bois pour l’industrie du papier.

En Europe, 99% de la production de papier vient de forêts gérées durablement ce qui entraine une augmentation régulière de la taille des forêts sur notre continent.

6 – Manger bio c’est bon pour le climat

PAS ÉVIDENT : si on choisit de ne manger que des aliments produits de façon biologique à l’autre bout de la planète on contribue plus au réchauffement climatique qu’en mangeant des aliments issus de l’agriculture conventionnelle et produits près de chez soi. Pour le climat et pour la santé il faudrait idéalement manger bio ET local. Solution : Cherchez le marché paysan le plus proche de chez vous

7 – Manger du poisson c’est plus écolo que manger de la viande

PAS ÉVIDENT : La surpêche vide nos mers. D’après Greenpeace, la surpêche menace 80% des stocks. Si on continue à ce rythme il n’y aura plus de poissons dans les océans en 2048. Une solution : manger du poisson mais en faisant attention à l’étiquette. Le label MSC du Marine Stewardship Council (créé par le WWF) est censé garantir que le poisson que vous consommez est issu de la pêche durable. Rien de parfait cependant : ce label est accusé de laxisme par de nombreuses OMG. Disons que c’est un moindre mal. Mieux : acheter le poisson au pêcheurs locaux si vous habitez au bord de mer.

8 – Les bouteilles en verre sont les moins polluantes

FAUX : Entre sa fabrication et son recyclage, une bouteille en verre génère 354 grammes de CO2, contre 143 grammes pour une bouteille en plastique. De plus une bouteille en verre met 4000 ans à se décomposer dans la nature.

 

Crédit Photo : CCO


3 commentaires

  1. Kaela dit :

    Des remarques intéressantes mais :
    – une bouteille en verre peut ne pas se jeter, elle se s’abimera jamais si elle est lavée ! Et elle ne met aucun agent dangereux sur nos aliments.
    – une facture papier encombre, demande classeurs/trieurs/intercalairs et j’en passe + notre temps et énergie pour la trier. Une facture électronique, si elle est insignifiante je vais même pas aller la télécharger !
    – globalement, dire que le papier pollue moins que l’écran c’est dire « continuons à l’utiliser a tort et a travers, c’est pa si grave ça pollue moins qu’un écran ». Pourquoi ce message ? Papier = arbres coupés pour la production, il y a ça aussi derrière.

    En tout cas article très instructif, je trouve dommage qu’on aille pas plus loin que certains chiffres. Le combat écolo est un tout, une idéologie, l’envie de faire mieux vivre la planète.

  2. Benoit dit :

    Bonjour Kaela,

    Vous avez bien raison pour les bouteilles en verre, et de façon générale, tout objet « upcyclé » est mieux que recyclé !

    De même, pour les factures électroniques vs factures en papier, il est vrai que cela représente une logistique supplémentaire, c’est évident ! Nous parlons ici de la communication imprimée en général, qui est trop stigmatisée et diabolisée face au digital, qui est perçu de façon quasi angélique, alors que cela représente un impact de plus en plus fort sur l’environnement ! Nous souhaitons vraiment que les gens en prennent conscience plutôt que de bêtement répéter que cela pollue moins d’utiliser une tablette qu’un bloc notes.

    Je comprends tout à fait votre point de vue mais notre message n’est absolument pas de dire d’utiliser le papier à tort et à travers ! En ce qui concerne les arbres coupés, si vous choisissez bien votre imprimeur, vous vous apercevrez qu’il contribue activement à la préservation des forêts !

    Merci d’avoir partagé votre réaction avec nous, cet article est là aussi pour provoquer la réflexion et le débat ! Chacun a son idée de l’écologie, car chacun a ses connaissances, son vécu !

  3. Isabelle dit :

    Tres instructif. Je n’imaginais pas qu’envoyer un mail était polluant…
    J’ai 2 autres idées reçues à vous soumettre.
    1.Une prairie permanente est un merveilleux puits de carbone. Meilleur qu’une culture. Le labour nécessaire à la culture libèrant du CO2 dans l’atmosphère.
    2.une forêt en équilibre consomme autant D’O2 qu’elle ne rejette de CO2. Son bilan carbone est donc nul, contrairement à ce que certains colportent. (Voir le site MANICOR de Jancovici, conseiller ademe ).

Laisser une réponse


Subscribe without commenting





Imprimer Naturellement by Imprimerie Villière

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Un condensé de toute l'actualité écologique dans votre boîte mail, gratuitement.

Merci de votre inscription ! Un email de confirmation vient de vous être envoyé.