A la découverte du Ginkgo Biloba

Ginkgo Biloba

C’est en visitant la bambouseraie de Prafrance cet été que j’ai découvert l’existence d’un véritable patrimoine végétal pour l’humanité : le Ginkgo Biloba. Grâce à mon excellent guide (Kees), j’ai pu admirer les différentes variétés de bambous (verts, jaunes, bicolores, noirs, Kikko…) du parc, mais également des Séquoias et d’autres espèces végétales qui m’étaient encore inconnues, dont le Ginkgo !

Qu’est-ce que le Ginkgo Biloba ?

Les feuilles d'un Ginkgo Biloba à l'automne

Le Ginkgo est un arbre, mais pas n’importe lequel : il s’agit de la plus ancienne espèce d’arbre encore en vie à ce jour sur terre, ce n’est donc pas un hasard s’il est souvent qualifié de « fossile vivant ». De la famille des Ginkgoacées, il peut atteindre 50 mètres de haut et vivre jusqu’à plus de 3500 ans. Du chinois Gin-Kyo « abricot d’argent » [ndr : en référence aux reflets argentés de ses fruits de la même taille et couleur que ceux d’un abricotier], et Biloba « à deux lobes », on le reconnaît facilement grâce à ses feuilles en forme d’éventail. Attention toutefois, le fruit du Ginkgo n’est pas comestible (il peut même être toxique), seule l’amande qu’il contient peut être mangée.

Quelle est l’histoire du Ginkgo Biloba ?

Le Ginkgo Biloba serait apparu il y a plus de 310 millions d’années, avant même la présence des dinosaures sur terre. Traversant différentes ères géologiques, le Ginkgo aurait pu disparaître à maintes reprises, mais c’était sans compter sur son incroyable résistance. Échappant tour à tour aux périodes de sécheresses, de glaciations et d’éruptions volcaniques (pendant lesquelles 90% des espèces végétales et animales ont disparu), cet arbre rustique a résisté à toutes les maladies, insectes, parasites, intempéries, et même de nos jours aux pollutions (ou encore aux radiations). Repoussé dans les zones plus chaudes du globe pour survivre aux dernières ères glaciaires, l’espèce s’est ainsi vue confinée en Asie et en Amérique suite aux modifications du relief et à l’apparition de chaînes montagneuses (le Ginkgo ne pousse pas au delà de 2000 mètres d’altitude).

Vision printanière d'un Ginkgo Biloba planté près d'un templeAu XIIème siècle, quelques spécimens encore présents dans le sud-est de la Chine ont été introduits au Japon et en Corée par des moines Bouddhistes. Ce sauvetage permettra sa réintroduction progressive en Europe à partir du XVIIème siècle. S’il est aujourd’hui appelé « arbre aux 40 écus » en France, c’est en raison du prix du repas offert par le botaniste français amateur Pétigny à un homologue Anglais en échange de 5 plants de Ginkgo en 1780. Plus récemment, lors du bombardement atomique de la ville d’Hiroshima, la résistance extraordinaire du Ginkgo Biloba a encore été mise à l’épreuve. Un an après l’explosion, un des Ginkgos pourtant carbonisé et situé à 1km seulement de l’épicentre s’est remis à bourgeonner : cet arbre est devenu un véritable symbole de renaissance pour toute la région. Le Ginkgo se révèle également résistant au feu : l’arbre se défend sous l’effet de la chaleur en concentrant et en faisant affluer sa sève vers ses extrémités, le protégeant ainsi des incendies [ndr : en 1923 un temple de la capitale Nippone aurait été sauvé des flammes grâce aux haies de Ginkgos plantées tout autour].

Quelles sont les vertus du Ginkgo Biloba ?

Les fruits non-comestibles du Ginkgo Biloba femelleL’extrait de Ginkgo Biloba (EGb) est particulièrement apprécié pour ses vertus toniques. Au niveau circulatoire, il stimule la circulation sanguine et améliore les propriétés du sang. Mais les propriétés médicinales du Ginkgo ne s’arrêtent pas là puisqu’il semblerait particulièrement efficace dans la réduction des symptômes de la maladie d’Alzheimer… hypothèse que tend à confirmer la recherche mais qui offrirait un bel espoir aux malades et à leur entourage.

Comment planter un Ginkgo Biloba ?

Il existe des Ginkgos mâles (qui produisent du pollen) et des Ginkgos femelles (qui produisent des ovules de par leurs fruits). Leur reproduction très aléatoire à l’état sauvage se produit au sol, par mélange des ovules et du pollen. Le Ginkgo Biloba s’adapte à tous types de terrains, mais il préfère un sol humide et un bon ensoleillement. Pour le planter à l’automne, il suffit de creuser, de mettre le Ginkgo en terre en mélangeant avec une fumure de fonds (du fumier par exemple) et de pailler la surface. Un ajout d’engrais riche en azote au printemps permettra à la plante de bien redémarrer. On trouve des pieds de Gingko dans les pépinières, mais on peut aussi bien réaliser ses plants soi-même.

Comment faire germer des graines de Ginkgo Biloba ?

Les graines d'un Ginkgo Biloba femelleLe Ginkgo fleurit au Printemps, et le mois de Mars est la période propice pour faire germer ses graines. Les graines peuvent s’acheter en jardinerie, mais les connaisseurs préféreront les récupérer directement en hiver sous un Ginkgo femelle (s’équiper de gants sera nécessaire pour éviter l’effet urticant causé par les fruits), en vérifiant toutefois qu’un Ginkgo mâle se trouve à proximité (c’est quand même mieux pour la pollinisation). Une fois les graines obtenues, et pour une pousse rapide, mieux vaut cultiver le Ginkgo en intérieur à une température variant de 10 à 25°c.

Pour réaliser ses semis : commencer par l’étape de stratification qui consiste à laisser les graines au froid de Décembre à Mars (un peu comme dans la nature en somme). Une fois la période des semis arrivée, sortez les graines du bac à légumes pour les faire tremper 2 à 3 jours dans l’eau. Vous pourrez ensuite les disposer dans un bac, sur un lit de sable humide, sans trop les enfouir. Gardez les graines au chaud à l’intérieur, à la lumière et ré-humidifiez dès que le sable s’assèche. Il faut attendre près d’un mois pour voir germer les Ginkgos. Dès que la racine aura commencé à pousser, rempoter les semis dans un pot rempli de terreau et couvert d’une couche de sable. Il est préférable de garder le plant en pot à l’intérieur pendant 1 à 2 ans, il pourra ensuite être replanté (à l’automne de préférence) dans un sol humide et en plein soleil.

Remarque : on ne connaîtra pas le sexe d’un Ginkgo Biloba issu de semis avant sa maturité sexuelle (20 à 30 ans).

Personnellement, j’ai bien envie de tenter l’expérience et de faire germer mes propres graines… et sait-on jamais, je pourrai peut-être un jour couler une retraite paisible à l’ombre des feuilles d’un Ginkgo Biloba : enfin, pas avant quelques dizaines d’années bien sûr !

Références : ginkgo.biloba.online – Kwanten – Gralon – LeJapon – Ethnoplants – Naturando – Ginkgo.dm – JPH.Durand – MonEden – Falconerie – Ginkgo.liste – Photos by : Virens – Luo Shaoyang – chaude_fleureM_Strasser
About the author
Community Manager de l'imprimerie Villière (imprimerie écologique).

3 Comments

  1. C’est le premier arbre que j’ai planté dans le jardin quand on a acheté notre maison !
    Nous avons pris « un mâle » car les plants « femelles » sont très odorants au printemps, il vaut mieux ne pas en avoir sous le nez 😉
    Il me survivra sans souci !
    Bel article avec plein d’infos, merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Un condensé de toute l'actualité écologique dans votre boîte mail, gratuitement.

Merci de votre inscription ! Un email de confirmation vient de vous être envoyé.