29
Fév

A la découverte du véganisme

veganisme

L’écologie intègre de nombreux courants de pensée et rassemble des personnalités différentes : hippies, locavores, babas cools, végétariens, bobos écolos, végétaliens… Au sein de cette biodiversité qui compose l’uni-vert, il est des profils moins connus : les végans.

Végan : une bête d’amour

Pour être végan, il faut commencer par aimer les animaux. Si le terme se résumait à cette explication, nous serions nombreux à prétendre à ce titre… mais, vous imaginez bien que le concept va plus loin.

En fait, le véganisme est un mode de vie qui repose sur le principe de non-violence envers les animaux. Le Végan ne mange pas de viande, de lait, d’oeufs, ni même du miel. Dépassant le stade de renoncement au steak tartare ou à l’entrecôte/frites, il opte pour une attitude plus radicale que celle de son cousin végétarien : refuser la consommation de tout produit issu d’animaux ou testé sur les animaux (cosmétiques…). Il ne cautionne ni l’exploitation des animaux, ni leur élevage, et ne portera donc pas de vêtements en cuir, laine, ou soie.

Véganisme : un mode de vie

Dans la société actuelle, respecter la « condition animale » et le véganisme est relativement complexe. S’il arrive aisément à se passer d’une alimentation carnée, le Végan est confronté à un problème de taille : la mésinformation quant à sa problématique sur les produits de la vie courante (shampoing, crèmes, cosmétiques, médicaments…).

Si nous trouvons aujourd’hui facilement en rayon des produits estampillés « sans paraben » ou « 100% végétal », la mention « produit non-testé sur les animaux » reste confidentielle : ce critère est pourtant essentiel dans l’acte d’achat véganiste.

Des indicateurs offrent toutefois aux végans la possibilité d’y voir plus clair : quelques labels comme The Vegan Society, One Voice ou Nature & Progrès indiquent si les produits respectent les animaux. De son côté, Protection animal.org diffuse 2 documents relativement sensibles pour l’image de marque des laboratoires :

Quel intérêt pour l’environnement ?

Comparatif d'émissions de gaz à effet de serre entre production végétale et animaleIl faut savoir que l’élevage est responsable d’environ 20% des émissions annuelles de gaz à effet de serre (GES) dans le monde. La production animale est également beaucoup plus gourmande en eau que la production végétale. Ainsi, un kilo de viande de boeuf nécessite 11 fois plus d’eau qu’un kilo de pain, et jusqu’à 17 fois plus pour des pommes de terre.

Image de prévisualisation YouTube

Articles en lien : Si vous n’êtes pas végan, pensez à le devenir – Mon temoignage de 2 ans en BTS Productions Animales – Recettes Véganes – Labels et logos – Les cosmétiques testés sur animaux bannis en 2013 ? – Mangez vert et bandez fort

Sources vegan – L214 – viande infoabolitionistapproach – cav – Photo supermodels

4 commentaires

  1. Mlle Pigut dit :

    Merci pour ce très bon article !

    En fait, pour moi, le véganisme n’est pas basé sur l’amour des animaux mais sur le respect de tous les êtres, ce qui est sensiblement différent. Dans un monde vegan, chaque être aurait le droit à la vie et le droit « d’être » simplement pour lui-même sans être exploité, sans discrimination aucune. <3

  2. Mickaël dit :

    Salut Miss Pigut,

    voilà quelqu’un qui peut nous éclairer davantage, c’est justement l’objectif de cette nouvelle série de billets : « à la découverte de… »

    Es-tu Végan, ou est-ce que tu peux nous en apprendre + à ce sujet ? Qu’est-ce qui différencie un Végan d’un végétalien par exemple ?

  3. Mlle Pigut dit :

    Bonjour,

    Effectivement je suis vegan et je serai ravie d’essayer d’en parler. (J’avais écrit quelques explicatifs sur mon site pour les curieux : http://pigut.mintyway.com/category/reflexions/veganisme/)

    A la base, le mot vegan en anglais s’est traduit par végétalien en français, c’était donc des synonymes. Mais aujourd’hui, les mots végétalien et végan (qui connait différentes orthographes) sont employés en français pour désigner des choses un peu différentes.
    « Végétalien » désigne uniquement le régime alimentaire sans aucun produits animaux.
    « Végan » s’étend à tous les produits de consommation (vêtements, loisirs, cosmétiques…) et désigne plus une philosophie de vie éthique sans exploitation animale.

    Finalement on est en général végan et végétalien. Mais on pourrait probablement rencontrer un végétalien qui ne mangerait aucun produit animal pour des raisons environnementales par exemple et qui ne serait pas végan pour autant parce qu’il ne verrait pas d’inconvénient à porter du cuir ou des cosmétiques testés sur les animaux.

  4. Oh mon dieu ce cher Dr Cohen 2.0 n’a pas fait correctement sa mise à jour apparemment… 14 végétaux par jour ?! et pourquoi dériver sur le régime sans gluten ? Il a écrit un nouveau livre sur le sujet ? Il y a quand même une amélioration, « d’extrémistes » nous passons à « professionnels de la nourriture », ce qui est déjà moins péjoratif…
    « Ne plus manger avec les autres » est un faux débat, on peut toujours manger avec les autres, et parfois la même chose que les autres si les omnivores font l’effort de temps en temps de manger végétalien pour leurs ami/famille (ce n’est pas d’une grande difficulté non plus). Il faut arrêter de penser que les « véganes » ont envie de se distinguer des autres, au contraire la plupart du temps les végétariens se sentent rejetés par leur famille.
    Très bon article, mais je dois avouer que j’ai quand même du mal à trouver les labels « 100% végétal », ils se font trop rares je trouve même s’il y a eu une forte amélioration de ce côté là. Par contre le paraben n’a rien à voir avec le véganisme ou me trompe-je ?

Laisser une réponse


Subscribe without commenting





Imprimer Naturellement by Imprimerie Villière

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Un condensé de toute l'actualité écologique dans votre boîte mail, gratuitement.

Merci de votre inscription ! Un email de confirmation vient de vous être envoyé.