Comment organiser une sortie bivouac dans la neige avec des amis ?

Organiser un camping dans la neige entre amis cet hiver : une idée rafraichissante
Les week-end dans les arbres ou dans une yourte n’ont pas eu raison de votre soif d’aventure, et c’est tant mieux puisque je vous propose une expérience rafraichissante : organiser un bivouac dans la neige entre amis.

Pas besoin d’être David Croquet pour s’adonner au camping hivernal, une activité atypique qui nécessite certes un peu de préparation, mais qui vous permettra de vivre des moments inoubliables au contact de la nature.

Les ingrédients pour une sortie outdoor mémorable

Pour garder de bons souvenirs de cette expérience, un minimum d’organisation et de matériel est requis. Pour ne rien oublier, je vous propose la checklist du campeur hivernal. Mais commençons par découvrir les ingrédients d’une bonne virée entre copains…

  1. les amis : la première chose à avoir, ce sont des amis. A chacun sa technique pour en trouver, mais voilà bien une chose qui ne se s’achète pas. Il faut ensuite qu’ils soient partant pour l’aventure, pas besoin de les forcer sinon l’expérience risque d’être désagréable.
  2. l’équipement : des raquettes ou des skis de randonnée équipés de peaux de phoque peuvent s’avérer nécessaires pour vous rendre sur le lieu de camp, pensez également à prendre une paire de battons pour vous aider à grimper le dénivelé (perso j’ai des raquettes avec des cales de montée bien pratiques) . Vous aurez besoin d’un pelle à neige pour aménager le camp : préférez une pelle pliable pour limiter l’encombrement. Si vous avez encore de place dans votre sac à dos, ajoutez-y un tarp : idéal pour s’abriter du vent, de la pluie ou de la neige (découvrez ces quelques schémas pour utiliser votre bâche). Une luge (ou une pulka) sera peut-être nécessaire pour transporter vos affaires, surtout si vous partez sur plusieurs jours. Si vous souhaitez manger chaud, il faudra prévoir de faire du feu ou emmener un réchaud (à essence car au froid, le gaz fonctionne de façon aléatoire); dans les 2 cas, un briquet sera nécessaire.
  3. Les différentes zones d'échange thermique du corps humainl’habillement : superposer plusieurs couches de vêtements isole du froid, mais être comprimé dans trop d’épaisseurs n’a plus d’intérêt puisque l’air qui circule entre les couches est en fait le meilleur isolant. Certaines zones de notre corps sont plus soumises aux échanges thermiques que d’autres. Couvrez-vous la tête, le tronc et le cou en priorité car près de 70% de notre chaleur corporelle s’échappe par ces zones : bonnet et écharpe seront les bienvenus, mais une paire de gants vous évitera aussi d’avoir les doigts humides et gelés au contact de la neige ou de la glace.
  4. le confort : choisissez votre sac de couchage en fonction de la température estimée, et n’hésitez-pas à emporter une couverture supplémentaire. Faire un feu de camp vous permettra également de gagner quelques degrés. Pour commencer il vous faudra l’allumer (ah ah ah), puis ensuite l’alimenter. Choisissez de l’écorce de bouleau, un excellent allume feu naturel (car le bois est gras). Le bouleau est facilement reconnaissable à son écorce argentée.
  5. Hum !! Une bone fondue savoyarde !la nourriture : je vous conseille de manger chaud. Pourquoi ne pas vous préparer une fondue par exemple, c’est un plat convivial qui animera la soirée et vous réchauffera. Pensez à emmener un caquelon et une grille à mettre au dessus du feu, et bien sûr tous les ingrédients nécessaires.
  6. l’eau : boire de la neige telle quelle n’est pas une bonne idée, il faut prendre quelques précautions préalables pour l’utiliser comme boisson (et peut-être la reminéraliser si vous l’utilisez pendant plusieurs jours). Je ne saurais que trop vous conseiller d’emporter de l’eau et pourquoi pas un thermos rempli d’une boisson chaude.
  7. le choix du lieu : choisissez un terrain plat, et tant que faire ce peut pas en contrebas directe d’une pente (pour éviter le risque d’avalanche). Si les arbres sont des paravalanche naturels, il arrive que leurs branches cèdent sous le poids de la neige : je vous conseille donc de lever la tête avant d’installer votre camp.
  8. l’aspect sécurité : avant tout départ, consultez la météo, avertissez vos proches de votre destination, vérifiez que votre téléphone portable soit bien chargé et munissez-vous d’un kit de survie (ou d’une trousse de premiers secours). Une fois en haut, sachez que les conditions climatiques varient rapidement en montagne. Votre priorité sera d’installer votre campement, avant de vous ouvrir une bière. Il faudra aussi composer avec les risques d’avalanche. Les statistiques indiquent que les chance de survie sont de l’ordre de 15 minutes en cas d’ensevelissement : Arva, pelle et sonde sont donc fortement recommandés. Veillez également à bien réguler votre température : pour lutter contre le risque d’hypothermie, couvrez-vous, restez au sec, bougez en évitant de transpirer, buvez et mangez chaud, faite un feu… vous pouvez même manger sucré pour remplacer les calories que vous brûlez naturellement pour lutter contre le froid.  Respectez la règle des 3 en survie. Concernant les attaques de loups, rassurez-vous, elles relèvent aujourd’hui du fantasme : vous avez plus de risque de vous casser une jambe en marchant sur votre lacet !
  9. Un feu en hiver lors d'une sortie bivouac entre amisl’organisation du camp : bien aplanir la zone où vous passerez la nuit en tassant la neige, faire un feu, préparer un potence pour faire chauffer votre nourriture (vous pouvez emporter un trépied avec son hameçon et sa chaine pour plus de simplicité), déterminer l’emplacement d’un lieu d’aisance (pas trop loin du camp, mais avec un peu d’intimité tout de même), et prévoyez des sacs poubelles pour ramener vos déchets.

Checklist du campeur hivernal

  • un sac à dos
  • un sac de couchage
  • un tapis de sol
  • une paire de battons
  • une pelle à neige pliable / sonde / Arva
  • un briquet
  • un bonnet / une écharpe / des gants / vos vêtements de rechange
  • une lampe (frontale de préférence)
  • des raquettes ou des skis (avec peaux de phoque)
  • un tarp
  • de la ficelle (ça peut toujours servir et c’est pas lourd)
  • une trousse de premiers secours ou votre kit de survie
  • des sacs poubelles pour ramener vos déchets
  • les vivres (boissons et nourriture)

EN OPTION :

  • un réchaud (à essence de préférence) / un bidon d’essence
  • une couverture
  • un caquelon ou une marmite pour la fondue
  • un trépied avec son hameçon et sa chaine
  • une luge pour tracter votre chargement (les modèles pulka sont particulièrement adaptés)
  • une table et des chaises de camping (là c’est du grand luxe!)
  • du sel, si vous utilisez de la neige fondue comme boisson (pour la reminéraliser)

Quel mode d’hébergement choisir ?

Il ne vous reste plus qu’à choisir votre mode d’hébergement pour la nuit : hôtel, toile de tente, igloo, hamac… des techniques de bivouac dans la neige que je vous propose de découvrir dans une toute prochaine série d’articles. Et si ça peut lever vos hésitations, je citerais Steve Jobs pour vous persuader de vous lancer dans l’aventure : « your time is limited so don’t waste it living someone else’s life » (ton temps est compté donc ne le perd pas à vivre la vie d’un autre).

 – Photo cpasbonljujubespaolo999Jerk with a Camera
About the author
Community Manager de l'imprimerie Villière (imprimerie écologique).

One Comment

  1. Je ne suis pas du tout camping mais il est vrai que si je devais choisir une façon de camper, celle-là paraît beaucoup plus agréable et donne plus envie de « sauter le pas » que les « usines » à campeurs de l’été.

    Amicalement,
    Isabelle d’Ecolo-bio-nature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Un condensé de toute l'actualité écologique dans votre boîte mail, gratuitement.

Merci de votre inscription ! Un email de confirmation vient de vous être envoyé.