19
Nov

David contre Goliath… et sa bande !

Fin Septembre sur l’éco-blog, notre imprimerie a poussé un coup de gueule dans un article concernant l’opération Zéro Prospectus de l’enseigne E.Leclerc, estimant que la communication (et notamment le spot TV) mise en place n’était pas de nature responsable.

Nous avions dans un second temps diffusé la lettre ouverte adressée à Édouard Leclerc par Laurent de Gaulle, président de l’association Culture Papier.

Pour faire entendre sa voix au géant de la grande distribution (qui fait écho à celles de nombreux confrères imprimeurs excédés par cette campagne), l’imprimerie Villière n’a eu d’autre recours que de saisir le Jury de Déontologie Publicitaire.

Nous nous exprimons donc librement, puisque c’est notre droit, face à cette affaire qui n’est pas sans me rappeler le combat de David contre Goliath, sauf que l’épilogue est ici différente puisque Goliath, dans la pleine mesure du courage de ses opinions, a appelé sa bande à son secours (je vous en touche 2 mots plus loin).

Le Jury de Déontologie Publicitaire a donc débattu, et notre plainte a été rejetée. Malgré tout, le manque de données précises et chiffrées ne nous semblent toujours pas être à la hauteur des arguments sous-jacents en faveur de l’environnement : une publicité en trompe l’œil, un sfumato verdâtre habilement orchestré par des professionnels de la communication.

Nous n’avons pas pu nous rendre à Paris où se tenait l’audience du Jury de Déontologie Publicitaire faute de temps et de moyens car malgré nos opinions, il faut continuer à faire vivre notre activité… et les 20 familles qui en dépendent !

De moyens, E.Leclerc n’en manque pas… ni de relations d’ailleurs puisque le secrétaire Général de France Télévisions Publicité, Marc Grether-Remondon à pris la plume son clavier, pour défendre Jules-Édouard. Selon lui : « le plaignant, professionnel de l’imprimerie de prospectus, tient à instrumentaliser le JDP face à une campagne qui ne s’inscrit pas dans un contexte favorisant sa propre activité ».

Les magazines imprimés pour Leclerc sont à l’heure actuelle fabriqués par des imprimeurs disposant de presses offset rotatives, matériel dont nous ne sommes pas équipés, soit dit en passant. Alors pourquoi mener cette action si les volumes d’impressions réalisés par Leclerc ne nous concernent pas ? Tout simplement parce que nous pensons que le message véhiculé impacte l’ensemble des imprimeurs et de l’industrie papetière, et qu’il est du devoir de chacun de réagir en apportant des éléments démontrant qu’il n’y a rien de responsable à vouloir opposer le support papier au support dit dématérialisé avec comme idée sous-jacente l’écologie.

Même si nous ne sommes pas rotativistes (et que par extension nous ne pourrions pas répondre aux besoins d’impression de Leclerc), Marc Grether-Remondon a parfaitement raison de dire que nous souhaitons favoriser notre activité en dénonçant la campagne Zéro Prospectus… bien que nous ayons d’autres valeurs à défendre comme l’écologie dont il ne fait pas mention dans son courrier. Je pense que pour appuyer notre argumentaire nous aurions pu, comme E.Leclerc, faire témoigner nos fournisseurs, des gens qui nous connaissent et que nous rémunérons contre un produit ou un service… mais je doute que ces petites structures aient fait pencher la balance de notre côté, et j’estime que leur témoignage n’aurait de toute façon pas été impartial, objectif, détaché des relations mercantiles qui nous lient parfois.

Dans son courrier, le Secrétaire Général de France Télévisions Publicité (qui diffuse les spots E.Leclerc contre rémunération je précise) explique également que « les seuls éléments mis en avant concernent, explicitement, la valeur de l’information, et, implicitement, le gain d’espace réalisable » : lol !

Comme vous avez été nombreux à débattre suite à nos articles, à reprendre l’info sur divers supports (blog, site ou presse), nous nous devions de vous tenir informés sur les suites de notre action.

A l’heure actuelle, je reçois toujours la publicité imprimée par E.Leclerc avec sur la 4ème de couverture un encart Zéro Prospectus alors que le premier magasin Leclerc est à 20 kilomètres de chez moi et que d’autres enseignes se trouvent à proximité : si cette démarchage est économiquement pleine de sens, n’est-elle pas un non sens écologique ?


Un commentaire

Laisser une réponse


Subscribe without commenting





Imprimer Naturellement by Imprimerie Villière

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Un condensé de toute l'actualité écologique dans votre boîte mail, gratuitement.

Merci de votre inscription ! Un email de confirmation vient de vous être envoyé.