29
Sep

Zéro Prospectus : Leclerc se propose de polluer votre boite e-mail

Faire disparaître les prospectus : tel est le but affiché par la société de grande distribution E.Leclerc qui a déployé les grands moyens pour faire parler de sa grande « innovation » baptisée Zéro Prospectus.

Site web, spot vidéo, communiqué de presse… chiffres à l’appui, Édouard Leclerc assure la promotion d’une action marketing qu’il prétend favorable à l’environnement. Mais comme le disait si bien Bertrand : nous ne sommes pas dupes camarade.

Image de prévisualisation YouTube

Faire (presque) disparaître les prospectus

Avant de cracher dans la soupe, E.Leclerc y a bien gouté. Ce sont des camions entiers de prospectus qu’il a fait imprimer pour développer son business, et ce pendant des années. Il faut souligner au passage son effort pour réduire l’impact de ses catalogues (et parallèlement de ses coûts de production) : format réduit, grammage moins important…

Leclerc s’engage aujourd’hui a supprimer tous ses prospectus imprimés d’ici 2020… en les remplaçant par une version numérique disponible en ligne et d’autres solutions connexes pour diffuser son information.

Pour continuer à recevoir le catalogue, il vous suffit de le consulter en ligne sur le site de Leclerc, vous pouvez également laisser votre e-mail pour être pollué alerté et recevoir les informations de votre magasin (journée choucroute mardi 22, animation Cochonou samedi 26…). En fait, Leclerc change de support, ce qui lui permet de pouvoir vous envoyer de l’information toujours plus ciblée, et de vous faire découvrir d’autres produits et services ! Mais pour l’instant, découvrons comment la dématérialisation va sauver la planète… ou pas.

Dématérialisons… et surtout pas d’eau dans mon vin !

« Plus de papier », en voilà un argument écologique : communication numérique versus communication imprimée ! Selon Leclerc, c’est tout blanc, tout noir… une position qui n’est pas sans rappeler celle des grands inquisiteurs du moyen-âge qui opposaient le bien au mal sans autre alternative possible bien sûr, sinon une place au bûché. Stoppons vite notre consommation de papier car elle détruit la planète, diabolisons une ressource naturelle, stockeuse de CO2, biodégradable, recyclable et renouvelable (et pour le papier issu du recyclage ou de forêts gérées durablement, le bilan environnemental n’est pas forcément mauvais) pour faire place à une solution plus profitable.

Si les supports imprimés ont un impact sur l’environnement (comme toute production), quel est celui de la dématérialisation ?

Les supports numériques et informatiques consomment de l’électricité pour l’édition, la transmission, la visualisation et le stockage des données. L’électricité est massivement produite à partir d’énergie non-renouvelable et donc émettrice de CO2. La production des supports est aussi à prendre en compte (plastiques, écrans, circuits…). N’oublions pas, de même, le réseau qui sert à faire fonctionner ce grand Tout (fibres, connexions, câbles, serveurs, services de maintenance…). Et prenons en compte également le fait que la ménagère aura besoin d’imprimer certaines pages (car elle aime bien griffonner la ménagère, j’en ai une à la maison, je sais de quoi je parle). Et qu’en est-il de la fin de vie de nos équipements, les filières ne sont pas encore au stade où en sont celles de l’imprimerie (recyclage du papier, encres, eaux usées, pièces de machines…) ?

Beaucoup de questions, peu de réponses, mais une certitude : il faut supprimer le papier camarade, car ça me coute plus cher.

Développement durable : en travaux !

Le développement durable intègre 3 piliers : économie, social et environnement. Si E.Leclerc a parfaitement intégré le premier pilier dans sa stratégie, il me semble que les deux autres soient encore en chantier.

  1. Aspect Économique : Zéro Papier, c’est une opération de saving ultra intéressante pour E.Leclerc (j’espère qu’il augmentera son directeur achat au moins). La ménagère on-line pourra toujours imprimer des codes promos sur son imprimante : c’est l’offre Promo Liste. Là encore, c’est le consommateur qui paie son encre, son papier, son électricité… pas encore passé en caisse que tu raques déjà camarade.
  2. Aspect Social : les personnes qui n’ont pas internet ou d’ordinateur n’auront pas accès à l’information, mais on s’en fout camarade puisqu’il s’agit d’une catégorie pauvre qui fait ses courses chez Lidl ou trop dépassée pour comprendre les services connexes que j’aimerais bien leur vendre. Et qu’en est-il des SPAM que les gens recevront une fois leur nom gravé sur les listes d’adresses e-mail de Leclerc ? Car au final, ce qui dérange vraiment la majorité des personnes, n’est-ce pas d’avantage la publicité intrusive que le fait d’avoir à porter au tri sélectif quelques catalogues de plus ?
  3. Aspect Environnement : on est d’accord sur le fait que le déchet le moins impactant est celui qui n’est pas produit… et pour réaliser son spot, l’agence Australie à fait de la matérialisation physique un thème fort pour marquer l’esprit du consommateur. Le volume est associé au gaspillage… mais au fait, où sont les serveurs, les milliers d’ordinateurs, de souris, de claviers, les kilomètres de fibre optique… que la dématérialisation des données nécessite ?

Communication responsable ou greenwashing ?

On peut se contenter de communiquer gentiment sur une action de réduction des déchets, sans préciser qu’on réalise un beau profit : mais Leclerc veut faire savoir à tout le monde qu’il est le plus vert… et comme les moyens sont considérables, on aurait presque tendance à y croire.

Péché d’orgueil, pas simplement à mon sens, puisqu’en affirmant que la dématérialisation est l’unique solution vis à vis de l’impression, Leclerc jette le discrédit sur toute une filière : imprimeurs, papetiers, fournisseurs de matériel d’impression…

Les efforts réalisés par notre filière en matière d’environnement sont incomparables avec d’autres domaines… et celui de la grande distribution pour commencer : la paille dans l’œil du voisin !

Leclerc joue sur le fil puisque ce qui dérange le plus les gens au fond, c’est de recevoir de la pub. Et en changeant de support, il ne fera que déplacer ce problème. En ligne, l’intérêt pour la marque est de pouvoir proposer des produits et services connexes comme la livraison à domicile, la vente de tickets spectacle… en fait, une réelle opportunité de vendre toujours plus, et de gagner toujours plus… tout en réduisant son budget communication.

La réaction de l’imprimerie

Nous appelons tous les imprimeurs, toutes les parties prenantes du milieu de l’imprimerie, toutes les personnes que la publicité n’aveugle pas encore à boycotter les produits E.Leclerc car l’opération Zéro Prospectus est plus une opération marketing qu’un réel engagement pour l’environnement. Allons camarade Leclerc, arrête de tromper honteusement le consommateur avec de pseudos-arguments écolos qui diabolisent le papier.

Profit, profit, profit, profit… puisque tu le prends comme ça camarade, nous ne viendrons plus manger chez toi, car si nous sommes tous embarqués sur la même planète, on n’est décidément pas du même monde !

Articles en lien :
Zéro Prospectus : lettre ouverte de l’association Culture Papier à Édouard Leclerc
Papier VS Numérique : second round
Que serait la vie sans papier ? Le grand paradoxe de la dématérialisation
La dématérialisation est elle la solution ?
Communication Imprimée Versus Communication Numérique
La facture électronique est-elle durable ?


40 commentaires

  1. Vera dit :

    Bravo ! nous adhérons à 1000 %.

  2. Bonjour Mickaël,
    Je comprends tout à fait cette colère et la partage en grande partie… notamment sur l’idée que finalement le consommateur va continuer à être pollué par la pub, via mail. Je partage cet article sur notre blog.

  3. Yonnel dit :

    Ah, c’est bon, ça ! 🙂

    Voilà encore un exemple parfait du fait que l’on peut faire de la communication sur le développement durable sans pour autant que ce soit de la communication responsable.

    Deux petites remarques : Leclerc s’est fait condamner au mois de juin pour publicité mensongère (150 000 € d’amende). Étaient incriminés 141 millions de tracts. 141 millions, pour une seule et même campagne. 141 millions, je le répète encore. Et seconde remarque, ils nous parlent de 2020. À cette échéance, c’est pratique, ils peuvent absolument tout promettre – on aura oublié d’ici là.

    Je plussoie fortement votre coup de gueule salutaire et parfaitement juste (serait-il moindre s’il ne contenait pas aussi une partie de défense de vos intérêts ?).

  4. Julien dit :

    Merci Yonnel de ta réponse, concernant ta question, effectivement nous avons un parti pris mais tu noteras que nous avons traité le sujet avec du recul…

  5. Mickaël dit :

    @Esra, @Vera, Merci pour vos soutiens spontanés, nous avons réagi de façon épidermique car c’est l’ensemble de notre profession qui est visée.

    @Yonnel, on peut tous améliorer notre façon de communiquer, certains ont plus de boulo que d’autres et que parmi ceux-là, de grosses boîtes pleines d’experts en communication qui savent très bien qu’ils sont en train d’enfumer le monde.

  6. Mike | agro-écologiste urbain dit :

    Merci pour ce post, qui montre bien que parfois les réflexions en matière d’impact environnemental ne vont pas bien loin, que cela soit dans la grande distribution comme dans ce cas précis, ou ailleurs (je pense notamment à un site web spécialisé dans la dématérialisation de la pub, qui s’est lancé sur ce marché espérant draguer les bas-fonds de la grande distrib au passage de son chalut au gout incertain).

    Histoire de faire avancer les idées, puis les actions, il est à noter que le simple affichage d’une page web passe en moyenne par 5 à 8 serveurs intermédiaires, y compris chez votre FAI, soit autant que la consommation électrique d’une machine à laver le linge.
    Une heure d’utilisation de web = une heure de machine à laver.
    A quand un étiquettage environnemental complet des sites web, qui intègre équivalence d’émission carbone + empreinte biodiversité + impact eau ?

  7. Ludivine dit :

    Pour moi ce qui est terrible c’est que Leclerc veut également se positionner en leader du bio et de l’équitable et ça c’est vrai que c’est plutôt à gerber ou à pleurer …
    Par contre c’est vrai que recevoir de la pub pour leclerc ou n’importe qui d’ailleurs c’est pas non plus très écologique et certaine fois on ne l’a pas choisi… surtout que les badauds ne trient pas forcément ces prospectus là !
    De là à recevoir du spam … c’est également un autre débat !
    mais oui tu as bien fait de me faire un MP je n’avais pas vu et mon reader affiche 1000 aricles 🙂

  8. Céline dit :

    Du pur greenwashing cette campagne!! Votre position est bien sûr délicate mais l’article montre en effet que ce n’est pas pour l’avenir de votre filière que vous vous indignez. Ce qui m’est tout de suite venu à l’esprit c’est: et ceux qui ne vivent que pour ces prospectus? Les petits vieux, les fameuses ménagères, les radins non connectés au web… ils attendent devant leur boite aux lettre pour dépiauter toute cette pub, et après aller faire les courses selon ce qu’ils ont vu. C’est peut-être une infime partie de la population mais ils existent bel et bien et vont être perdus. Ah mais j’oubliais… ils n’auront qu’à se payer un ordinateur + connexion internet et imprimante… ou un Iphone comme tout le monde! Un beau coup marketing je vous dit!

  9. Glatapoui dit :

    Autant je suis d’accord sur le fait qu’il faut prendre l’information (selon laquelle Leclerc est plus vert parce qu’il envoie des mails plutôt que des pubs papier) avec des pincettes parce qu’elle est loin dans le futur et que c’est avant tout du marketing, autant je ne suis pas d’accord avec l’approche assez sommaire de cet article concernant le coût écologique du dématérialisé.
    Il y a trop peu de références, trop peu de véritable bilan sur le coût écologique d’un ordinateur, d’un réseau,…
    Non parce que sinon, il faut aussi considérer le coût écologique de l’encre, des agrafes ou de la colle, des machines pour l’impression (qui sont utiles pour d’autres choses, c’est vrai), des réseaux de distributions (ça vient pas tout seul dans la boite aux lettres, j’imagine qu’un paquet de kilomètres doit être roulé…)

    C’est vrai que le dématérialisé à un coût, mais pour moi il est moindre parce que les coûts variables sont nettement moindres, et à grande échelle c’est ce qui fait une différence.

    Et en ce qui concerne les 3 piliers :
    1. : j’imagine que la promotion sera d’autant plus grande si elle a un coût pour le client. Et puis en général, on a pas besoin de venir avec le prospectus pour bénéficier de la promo…
    2. : je ne m’avancerai pas pour savoir ce qui gêne le plus les gens (pour moi, c’est d’avoir des papiers à jeter que je ne lis même pas), mais en ce qui concerne les SPAMs, Leclerc sera tenu par la CNIL (http://fr.wikipedia.org/wiki/Cnil), comme n’importe quel entreprise qui fait de la diffusion par mail, de retirer de leur fichier les clients qui en font la demande. Quant aux personnes visées, je ne trouve rien de choquant, ils ne refusent pas l’accès au magasin aux gens qui ont pas internet, c’est juste que ceux-ci ne sont plus tenu au courant des promos.
    3. : Les données manquent pour étayer ce point (cf ce que je disais plus haut)

    Personnellement, ce qui m’intéresserait davantage, ce serait de savoir quelle est la part des supermarchés dans le chiffre d’affaire des imprimeurs (ou du moins un ordre d’idée), quels sont les différents efforts qui ont été entrepris pour rendre l’impression plus éco-responsable ? De mon côté, je ne vois que le recyclage du papier (ce qui est déjà quelque chose de difficile). Mais avoir un espèce de comparatif : ce que nous avons fait, ce qu’ils ont fait.

    Je ne veux pas jeter la pierre à cet article, j’aimerai plutôt que les propos soient plus précis pour éviter de basculer dans le pathos et le sentimental, et du coup de perdre en crédibilité. Je trouve que c’est un point important et qu’on ne peut pas juste en parler « façon coup de gueule ». J’espère que ma critique ne sera pas mal prise : ce n’est pas le but, j’essaie d’être constructif. Je ne peux pas me permettre de juger, je ne suis pas dans le domaine, mais je tenais à donner mon avis.

    Glat’

  10. Raymond dit :

    Lorsque Leclerc a été le premier à supprimer les sacs gratuits en sortie de caisse, il y a une dizaine d’année, tout le monde lui est tombé dessus avec les memes arguments développés dans ce que je lis ici (coup marketing, destruction de la fillière plastique, opportunisme, …)
    aujourd’hui, plus un seul sac gratuit n’est distribué par la grande distribution. les consommateurs se sont habitués à réutiliser des sacs non jetables. la fillière plastique existe toujours. des millions (-lliards ?) de sacs plastique n’ont pas pollué la planète.
    les intérêts économiques (ou marketing) et environnementaux convergent ? et alors ?
    je ne vois pas bien le problème que vous évoquez
    ou alors faut-il précher tout seul dans sa foret « écologie,écologie » ou ne vendre que les produits bio et équitables à des gens fortunés et donc limiter leur production (les pays du sud attendent avec impatience une VRAIE consomation de produits équitables)
    … et si c’était juste un peu plus compliqué

  11. Charlène dit :

    J’ai transmis le message à tous les contacts que j’ai auprès d’UNIC et CARACTERE.

    Maintenant croisons les doigts pour qu’ils communiquent dessus !

  12. Luc dit :

    Bravo pour votre action contre l’opération marketing qui consiste à amener encore plus de clients vers les centres leclerc. Derrière cela il y a aussi la volonté de leclerc à forcer les imprimeurs à baisser encore leurs coûts de production pour malgré tout fournir des imprimés dont leclerc ne pourra se passer totalement. Impact éco ? Ou impact social = les emplois dans les imprimeries toujours plus impactés, les emplois dans la distribution d’imprimés seront aussi touchés.

  13. sylvie dit :

    je travaille dans une entreprise de distribution de prospectus et je suis totalement scandalisée d’entendre cette publicité à la télévision en attendant leclerc est bien content que sa publicité soit distribuée

  14. JEANNE dit :

    Bonsoir,
    Quand LECLERC dit qu’il imprime sur des catalogues écolo, faux moi je peux vous dire que certaine semaine il y a jusqu’à 5 catalogues LECLERC sur du papier plastifier non écolo.
    De plus si jamais il n’y a plus de prospectus si les autres sociétés font comme E.LECLERC que vont devenir les distributeurs de prospectus car il y a de plus de personnes dont ce n’est plus un complément mais un vrai job, puisqu’il y a de moins de boulot dans nos pays dit développé !
    Bonne soirée.

  15. Crocus 75 dit :

    Que d’hypocrisie Leclerc se vante « plus de pub en 2020 », pourquoi 2020, pourquoi pas avant ? Quand c’est pour nous coller des augmentations de prix, Leclerc comme les autres d’ailleurs, n’attendent pas 10 ans, et les milliards qu’ils mettent dans les pubs, ne serait il pas plus judicieux de baisser leurs prix et de dire, nous on prend en compte le pouvoir d’achat de nos clients, en fait des clients ils n’en ont rien à faire, ce qui compte avant tout, c’est leur porte feuille, encore un exemple, pendant les vacances, Leclerc s’est vanté de mettre l’essence à prix coutant, je l’ai trouvé moins chère chez un concurrent, ils font même de la publicité comparative sur certain articles (deux ou trois) par rapport aux discounts, oui c’est vrai, mais uniquement sur deux ou trois, car si vous faite les mêmes achats d’un Leclerc ou d’un discount, vous allez réellement constater les différences, et les discounts dépensent moins dans les prospectus, alors je croirais en Leclerc quand ils mettront en pratique leurs arguments et ce, bien avant cette date butoir, et quand ils en feront réellement profiter les clients en répercutant les réductions de leurs dépenses, sur le pouvoir d’achat du client, déjà même d’un Leclerc à un autre, 1 exemple, Leclerc Coulommiers 77, le blanc de poulet cuit sous vide, 7,50 euros le kilo, autre Leclerc à Pontoises 95 même article même marque 15 euros le kilo, j’aimerais bien que Leclerc explique pourquoi dans le 77 les articles sont moins chers que dans le Val d’Oise, la vie serait elle moins chère dans cette ville?

  16. Dimitrios dit :

    Bonjour,

    Je suis distributeur de chez Adrexo, aujourd’hui Leclerc a 4 prospectus à distribuer, si Monsieur Edouard Leclerc est capable d’embaucher tous les distributeurs, imprimeurs, transporteurs, et tous les gens qui travaillent pour les prospectus, nous sommes d’accord, sinon assez d’hypocrisie, ce n’est pas parque Monsieur Leclerc, s’est réveillé un beau matin écologiste, mais c’est pour gagner plus d’argent, car les prospectus coûtent cher, alors que par mail ou sms c’est gratuit, Merci

  17. picollo dit :

    comme si leclerf s’occupait de la planete,alors pourquoi ne pas banir certain emballage,rien que la poudre a lessiver ca en fait du carton,les emballages de viandes et autres produit on imagine pas les tonnes de dechets,mais bon faut mieux faire croire aux petites gens que le folder que l’on recoit pollue,c’est une grande « usine » a fric comme les autres et si elle fait ca c’est pour du profit et rien d’autres quand a moi pas de pub dans ma boite aux lettres alors je ne suis pas client voila tout

  18. desplanques dit :

    moi, je propose d’ouvrir un site zeroleclercq.fr

  19. Thierry dit :

    On nous dit que l’utilisation du numérique consomme de l’électricité ! Mais elles marchent à qoui les rotatives ? Et les camions qui livrent le papier y consomment quoi ? L’imprimerie a été pionnière pendant de nombreuses années au niveau technologique. Je crois même qu’elle a laissé tomber le plomb pour… le numérique 😉 Et aujourd’hui, on crie à l’assassin. Un peu de sérieux messieurs. Votre domaine est menacé, la survie vient de l’évolution ou de l’adaptation.

  20. Zélia dit :

    Bonjour l’Eco-blog.
    Votre avis est très intéressant, je partage d’ailleurs votre avis avec d’autres qui ont aussi pris position pour ou contre cette initiative sur notre blog: http://www.greenrepublic.fr/leblog/?Leclerc-op%C3%A9ration-Z%C3%A9ro-Prospectus%3A-les-avis-sur-le-net

  21. Green Zélia dit :

    Bonjour Mickaël, on est d’accord avec vous , utiliser du papier écologique pourrait être une alternative 🙂

  22. Jason dit :

    il a supprimé les sachets plastiques mais il en vend en caisse chapeau Leclerc mais moi je ne fais pas mes courses chez vous vos produits sont pas geniaux.

  23. Mickaël dit :

    En complément de cet article, voici la réponse de l’association Culture Papier sur l’opération Zéro Prospectus de E.Leclerc : http://www.eco-blog.fr/2010/10/zero-prospectus-leclerc-culture-papier/

  24. Antipub 82 dit :

    Mediaposte dans le Tarn et Garonne, chaque semaine, livre entre 15 et 25 tonnes de prospectus pour récyclage – des prospectus en trop, qui n’ont pas été distribué!

  25. Florent dit :

    Je comprends tout à fait que cette campagne dénonçant votre coeur de métier vous soit préjudiciable.

    Néanmoins, il ne faut pas non plus être démagogique en dénonçant l’aspect non écologique de la publicité numérique :
    Vous dénoncez le coût et l’aspect non écologique de la mise en place d’infrastructures pour le client final (fibre, d’équipement d’ordinateurs, d’écrans, etc…) Vous pensez sérieusement que les gens vont s’équiper pour recevoir les publicités Leclerc ??

    Non, Leclerc profite à juste titre d’infrastructures et des équipements clients déjà en place, et dont le taux d’ici 2020 devrait en France être énorme comparé à d’autres pays. Effectivement, 100% de la population ne sera pas touchée pour ces campagnes de publicité… et alors c’est dramatique ?

    Oui le stockage et le routage de newsletters consomment de l’énergie (qui espérons se diversifiera du nucléaire), mais à mon avis de citoyen lambda, doit être mois destructeur que le nombre de forêt et de milliards de litres d’eau nécessaires à la fabrication de ces prospectus qui inonde nos boites aux lettres.

    Oui Leclerc est le premier à communiquer dessus (mais ne sont pas les premiers à le faire, il suffit de regarder sa boite mail pour s’en rendre compte), je ne peux que saluer l’initiative et espère qu’elle se généralisera.

    Une entreprise se doit de communiquer pour exister, à elle de trouver le meilleur moyen sous tous ses aspects, il y’a 20 ans c’était effectivement le papier, il est peut être temps d’évoluer.

    Sans mauvais jeu de mot, le support papier doit se recycler…

  26. François dit :

    Je trouve triste et malheureux que certaines personnes qui ne connaisse pas le contexte écologique actuel et le réel impact des prospectus (fabrication, distribution…)se permettent d’écrire des choses pareil à ce sujet.
    Que ce soit Systeme u, carrefour ou autre qui se lance dans le debat ou les actions le résultat sera le même dans 10 ans.
    La technologie devient telle que le prospectus est voué à disparaitre que cela vous plaise ou non!

  27. Julien dit :

    Pour relancer le débat :
    […] Nous sommes en train de créer une bombe à retardement de plus de 20 milliards d’e-déchets qui demande notre attention immédiate. L’ONU estime qu’en 2009 il y avait 4,6 milliards de téléphones portables utilisés dans le monde. Selon les indicateurs de développement mondiaux de la Banque Mondiale, 2,6 milliards de radios étaient utilisés en 2005 et 2 milliards de télés. Les recherches de [l’institut de recherches] Gartner montrent qu’il y a aujourd’hui plus d’un milliard d’ordinateurs utilisés dans le monde. Ces chiffres augmentent rapidement : nous produisons et consommons plus d’un milliard de nouveaux téléphones portables chaque année. La taille de ce problème est sans précédent. […] Heureusement, la solution au problème des e-déchets est claire. Nous devons réduire l’empreinte carbone des mines et des usines et réduire l’utilisation de composants toxiques dans la fabrication des EEE (Équipements Électroniques et Électriques). Nous devons parvenir à un accord international pour la réutilisation des EEE en état de fonctionnement, et recycler nos propres EEE ainsi que pénaliser les décharges sauvages et l’exportation d’e-déchets. Et nous devons appliquer le principe pollueur – payeur [en français].

    Lire l’article : RECYCLER OU RÉUTILISER LES E-DÉCHETS ? http://owni.fr/2010/09/14/recycler-ou-reutiliser-les-e-dechets/

  28. devaux dit :

    Dire que les email sont consommmateurs d’énergie non renouvelable et donc de CO2 est en partie faux le nucléaire n’est pas renouvelable mais faiblement producteur de CO2
    l’avantage principal de choisir les email est que vous pouvez choisir quel publicité vous souhaitez recevoir donc de la publicité utile soyons serieux quel pourcentage de feuille publicitaire sont lues sur les 40 kg que nous recevons chaque année dans la boite aux lettres. Les papeteries sont une des industries les plus polluantes, même apres les efforts environementales.

  29. martine dit :

    laissez donc ses prosprectus la personne qui le distribue fait vivre sa famille avec son salaire

  30. glatapoui dit :

    Martine, avec un raisonnement comme celui-ci, on devrait continuer à utiliser des lampes à gaz pour l’éclairage public, au prétexte de ne pas renvoyer ceux qui les allument…
    Effectivement la reconversion est toujours une affaire qui demande de l’effort, mais cet effort est vraiment gratifiant lorsqu’on l’entreprend. J’ai malheureusement l’impression qu’il y a un paquet de gens qui ont passé une espèce de point de non-retour à ce niveau-là : ils se habitués depuis trop longtemps à une routine et n’ont plus le gout de changer cette habitude-là. M’enfin, on s’éloigne un peu du sujet, là…

  31. pageflip dit :

    En effet, derrière tout cela il y a le souhait de faire des économies.

    Mais les imprimeurs ne peuvent pas rester immobiles comme la été l’industrie du disque par exemple.

    Je vend des solution de dématérialisation de catalogues, que je propose, entre autre, aux imprimeurs. Seules quelques uns, éclairés, proposent mon outil à leurs clients, même avec une confortable marge a la clés.

  32. mayoun dit :

    tout ce buzz créé par leclerc est une pure escroquerie, cette enseigne est celle qui fait le plus de prospectus, il faut boycotter cette enseigne pour la simple raison qu’elle prend les consommateurs pour des idiots, ca suffit, stop

  33. Alexandra dit :

    J’aimerais juste poser une question sur le principe des coûts environnementaux des ordinateurs, câbles, réseaux, souris…

    Lequel de ces 2 cas est le plus polluant ?
    – La personne ayant un ordinateur et allant consulter chaque semaine le prospectus en ligne sur le site E.Leclerc (qui n’est pas obligé d’être inscrit -> donc pas de spam).
    – La personne qui reçoit chaque semaine un prospectus de 20 pages dans sa boite aux lettres.

    C’est sûr, pour E.Leclerc, il y a des avantages économiques à promouvoir l’arrêt des prospectus (coût de production, coût de distribution, coût écologique (certainement classé en dernière position) mais je signale quand même que la chaîne tente de vendre moins cher et ce n’est pas qu’une pub ou du marketing : il n’y a qu’à comparer avec Auchan, Carrefour, Lidl… E.leclerc, je pense tente d’apprivoiser le consommateur en métant en oeuvre une stratégie « du plaisir du client » : plus il sera content, plus il reviendra, et tant pis s’il y a moins de marge qu’à côté… le client reviendra. Ce n’est que mon avis de maman qui compare les prix… à débattre.

  34. Mickaël dit :

    @Alexandra,
    si tu ne travailles pas chez E.Leclerc, je penses que tu peux envoyer ton cv au service marketing ! 🙂

    Pour te répondre, il faudrait obtenir le bilan carbone d’un prospectus Leclerc et celui d’une visite sur son site.
    Si Leclerc avait apporté ces chiffres (et que l’intérêt écologique de la dématérialisation eut été démontré), il aurait été crédible.

    Leur absence présente l’opération zéro prospectus moins sous l’aspect d’une communication responsable que d’une opération marketing, voir d’une allégation verdoyante (greenwashing).
    Tant que Leclerc n’aura pas levé ce doute, chacun pourra l’imaginer au choix, bien, ou mal intentionné … mais peut-être que cette situation lui convient et qu’il fait sienne la maxime Divide et Impera (diviser pour mieux régner)?!!

  35. martine dit :

    Monsieur L est au RSA, Mme L est au smig avec 2 enfants à nourrir, Papie et Mamie L ont 84 et 86 ans ils ne comprennent rien à Internet, et les autres ne peuvent se l’offrir. Merci Edouard Leclerc, tous n’est que fourberie, heureusement que nous étions là pour distribuer vos sales papiers. Moi j’arrive à joindre les « deux bouts » grace à la distribution de PROSPECTUS.

  36. Anonyme dit :

    Ouai c’est clair, ça me fait bien rire cet argument « ecolo ».
    Jamais je n’acceptes la transformation d’un mailing (banque, canal+…) vers le mode email.
    Rien d’ecolo, c’est juste pour faire de plus belles marge chez les grands groupe.

  37. imprimeur en ligne dit :

    Bonne initiative de leur part !

    Malheureusement tout le monde ne peut pas suivre cette démarche vu le rendement d’un e-mailing face à celui d’un mailing postal.

  38. Michel dit :

    Bonjour,
    Le plus fort…. Depuis quelques temps Leclerc emballé ses prospectus sous film plastique pour éviter qu’ils ne se mélange aux autres voilà une belle avancée écologique.

Laisser une réponse


Subscribe without commenting





Imprimer Naturellement by Imprimerie Villière

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Inscrivez vous à la newsletter de l'Éco-Blog !

Un condensé de toute l'actualité écologique dans votre boîte mail, gratuitement.

Merci de votre inscription ! Un email de confirmation vient de vous être envoyé.